top of page

Alan Carter "mighty mouse", entre succès fulgurant et but non tenu !

Texte: Luís Cardoso


Le Mans, 1983


Alan Carter, né à Halifax le 19 août 1964, a été le vainqueur surprise du GP de France 1983, disputé au Mans, dans la catégorie 250cc. Avec cet exploit, lors du deuxième GP auquel il a participé, Alan a laissé une trace indélébile dans l'histoire du motocyclisme, il est devenu le plus jeune (18 ans et 227 jours), jusque-là, à remporter un GP ! Pendant plus de 20 ans cet exploit est resté en sa possession, aujourd'hui, il reste toujours parmi les plus jeunes à avoir réussi cet exploit, malgré l'âge minimum pour participer au Championnat du Monde ayant baissé à 15 ans. Alan Carter a été salué comme le prochain Barry Sheene au début des années 80, mais le jeune Britannique n'a jamais eu les motos d'usine qu'il méritait et sa carrière a été une histoire de promesses non tenues. Alan Carter était une recrue en GP lorsqu'il est apparu au Mans en avril 1983, la deuxième course du Championnat du monde de cette année-là. Deux semaines auparavant, il avait fait ses débuts au GP de Kyalami, classé 18e, c'est-à-dire que personne n'attendait rien de spécial du jeune Britannique au Mans.


Le Mans, 1983

À l'exception de la famille Carter - le père Mal, Alan et le frère aîné Kenny, qui est deux fois champion britannique de Speedway. "Big" Mal Carter a fait fondre beaucoup d'argent dans les courses et n'a permis à ses garçons de considérer un résultat que dans n'importe quelle course ou championnat. Ainsi, malgré le fait qu'Alan soit un apprenti GP, il a repensé à sa saison de recrue avec une confiance démesurée : "Je pensais que je gagnerais le titre à coup sûr", dit-il, "Je ne pensais même pas que ce serait difficile." Son arrogance avait une base : le week-end après la fin de la saison de GP 1982 et quelques semaines après son 18e anniversaire, Carter a remporté une course internationale à Donington, battant plusieurs pilotes de GP. Ce succès a été le corollaire d'une ascension fulgurante sur la scène moto sportive britannique, au cours de laquelle il a remporté son premier championnat national à 16 ans, à une époque où c'était l'âge minimum pour participer. En 1983, Carter faisait partie d'une nouvelle équipe, dirigée par MITSUI, alors importateur britannique de YAMAHA.


Couverture du livre autobiographique d'Alan : Light in the Darkness A obtenu l'accès au TZ250 avec quelques astuces d'usine, cependant, à Kyalami, il a eu un réveil brutal: "Les motos des pilotes avant étaient phénoménaux - tout était sur mesure - nous ne pouvions pas nous en approcher." Peut-être que Le Mans serait mieux, la piste française était plus serrée que Kyalami, un vrai refuge pour des pilotes comme Carter. Le temps a été horrible tout le week-end - un froid glacial, beaucoup de pluie, même quelques bourrasques de neige - mais cela n'a pas dérangé quelqu'un qui avait appris son métier à Cadwell et Oulton. Cependant, Carter a eu de sérieux problèmes avec la moto lors des essais et s'est qualifié 31e : "Nous avions de nouvelles pièces d'allumage et la moto grippait sur les deux cylindres, ce n'est que lors des derniers essais que nous avons fait de bons tours." Il n'était pas le seul en difficulté, les conditions étaient si froides que tout le monde se bousculait pour essayer de réchauffer les pneus : « Il y a eu beaucoup d'accidents parce que DUNLOP a créé de nouveaux pneus pour 1983 et ils étaient trop durs pour les conditions. " Bien sûr, Carter était dans le même bateau que tous les autres pilotes équipés de DUNLOP, du moins jusqu'à ce que son mécanicien Howard Gregory - qui a remporté trois titres mondiaux de 500cc avec Wayne Rainey - découvre que le camion de l'équipe avait un pneu avant de l'année précédente qui n'avait pas été utilisé.

"Il se trouve que nous avions cet avantage de l'année précédente, Dunlop savait et voulait le pneu pour l'un de ses pilotes qui s'est qualifié au premier rang, mais mon père leur a essentiellement dit de se faire foutre." Lorsqu'ils se sont alignés pour le départ, Carter ne pouvait même pas voir la ligne de front, menée par le héros local Christian Sarron : « Cela devait être à une centaine de mètres de la ligne de front où j'étais. Je me souviens avoir pensé, merde, je n'ai aucune chance." La course a commencé et Carter a commencé à dépasser ses rivaux un par un - en passant certains dans les virages et en glissant devant d'autres alors qu'ils traversaient les stands sur la ligne droite principale rapide et en montée, au moment où la course était à mi-parcours, il était en huitième position, même s'il n'en était pas conscient. "J'ai remarqué que tout le monde faisait la ligne droite en se penchant à droite de la ligne blanche, qui était à quelques mètres des rails à gauche de la voie, j'utilisais la gauche de cette ligne, entre les autres conducteurs et les rails, donc je ne pouvais pas voir mon pit-board." « Il y a trois choses dont je me souviens clairement de cette course : Sito Pons était en tête et il a raté un freinage sur une des épingles, le champion du monde en titre, Jean-Louis Tournadre, est tombé devant moi et j'ai failli l'écraser. À ce moment-là, il a commencé à pleuvoir ou à neiger légèrement. Thierry Rapicault qui était juste devant moi a ralenti, c'est là que je l'ai dépassé." Carter n'avait toujours aucune idée précise de l'endroit où il se trouvait ni du nombre de tours qu'il avait bouclés : « Je n'avais aucune idée de la position dans laquelle j'étais, mais il y a eu un moment où j'ai pris conscience que j'étais sur le podium. C'était comme : Merde, je suis dans les trois premiers."


Donington, 1983


Même dans le tour de ralentissement, il n'était pas sûr du résultat – peut-être que le vainqueur était déjà hors de vue : « Quand je suis arrivé aux stands, la première personne que j'ai vue était Norrie Whyte [journaliste légendaire de MCN]. Il sautait. Je lui ai demandé qui avait gagné et il m'a regardé stupéfait et m'a dit : tu as gagné ! J'étais genre, quoi ?!" « C'était juste comme ça. Mon adrénaline montait donc je n'y ai pas pensé, mais c'était une expérience incroyable. J'ai gagné à l'arrière - c'était une combinaison de pilotage incroyable et de la meilleure préparation de la journée, comme tous les vainqueurs de GP. Il y a encore des gens qui s'approchent de moi, me regardent dans les yeux et me disent simplement, j'étais là." Après la course, Carter était dans un état second, il ne se souvient même pas des célébrations du podium. "Mais je me souviens que Kenny Roberts est venu dans ma caravane pour me féliciter. Nous avons donc organisé une grande fête dans un hôtel local et nous étions complètement tirés d'affaire." Après l'illusion, les déboires... La victoire de Carter n'était pas seulement surprenante, elle était historique ! Carter reste le troisième plus jeune vainqueur de la classe intermédiaire, derrière Marc Márquez (18 ans et 87 jours) et Dani Pedrosa (18 ans et 202 jours), qui ont fait leurs débuts en GP à 15 ans et qui ont été formés par des mentors expérimentés.


Alan Carter avec Barry Sheene, 1983, Kyalami


Márquez est encadré par l'ancien champion du monde 125 Emilio Alzamora, Pedrosa par l'ancien vainqueur du GP 500 Alberto Puig. Peut-être que si Carter avait son propre gourou, sa carrière en GP aurait représenté plus d'une seule victoire en GP, ​​au lieu de cela, la vague du Mans a été suivie d'une année lamentable d'accidents, de fractures et de problèmes de moto. À plusieurs reprises, il a suivi le rythme des leaders, pour ensuite tout lâcher, souvent de façon spectaculaire, puisqu'il n'a marqué aucun point jusqu'à la dernière course de la saison. Barry Sheene, qui approchait alors de la fin de sa carrière, était tellement préoccupé par le fait que Carter gaspillait son talent qu'il a demandé au champion du monde 250cc de cette année-là, Carlos Lavado, d'avoir une conversation avec le jeune. Et, durant cette période, il a toujours dû composer avec la tutelle de son père autoritaire, toujours avec des critiques cinglantes et des primes de performance souvent douteuses. À Assen, Mal a conclu l'accord suivant : "Si vous vous qualifiez au premier rang, nous irons en ville et vous pourrez" jouer "gratuitement dans le quartier rouge."


Avant la vitesse, le Speedway Pendant ce temps, les blessures se sont accumulées : « J'ai eu beaucoup de grosses chutes, notamment une énorme sur Jarama qui m'a beaucoup affaibli. À Rijeka, je me suis cassé les deux chevilles à l'entraînement et mon père me maltraitait toujours, il me mettait toujours beaucoup de pression." Au moment où il est arrivé à Spa en juillet, sa confiance avait tellement souffert qu'il ne s'est même pas qualifié. Dans les années suivantes, Carter a plusieurs victoires et podiums à sa portée, cependant, il accumule les problèmes techniques et les chutes. Sa carrière est devenue l'histoire d'une promesse non tenue. Il a connu sa meilleure saison en 1985, lorsqu'il a terminé septième du championnat, pilotant une Honda RS250 parmi les motos d'usine. Il a terminé son dernier GP en 1990.



"Il faut se rappeler qu'en 1983 j'avais 18 ans et que j'étais très naïf. Je n'ai pas eu de chance en arrivant sur les circuits européens car tous les autres pilotes étaient au top, connaissaient mieux les circuits et avaient tout l'attirail des tricks : carburateurs différents pour les circuits différents, allumages spécifiques à chaque occasion, tout ! Si j'avais eu une configuration comme Pons, je pense que j'aurais obtenu des titres mondiaux." "Je ne suis pas drôle, mais pour moi, ne pas devenir champion du monde était incroyable - j'étais tellement meilleur que n'importe qui. C'est difficile de croire que je n'ai gagné qu'une seule course, mais c'est comme ça que ça s'est passé et je ne suis pas amer. Au moins, j'ai donné tout ce que j'avais." Sous la baguette du "King" Kenny Dès le départ, la recrue d'Alan Carter a prouvé au monde entier qu'il avait du talent, même s'il a passé plus de temps derrière que sur le podium. À la fin de la saison, le "roi" Kenny Roberts prend sa retraite et décide de former sa propre équipe. Le triple champion du monde 500cc a toujours dit qu'on pouvait apprendre à un pilote rapide à ralentir, mais on ne pouvait pas apprendre à un pilote lent à aller vite. Carter était donc un choix évident pour la première formation Marlboro Team Roberts en 1984.



"Quand Kenny m'a appelé et m'a demandé de voler pour lui, je ne pouvais pas dire non", se souvient Carter, "Il a dit qu'il voulait que je sois dans son équipe avec un Américain." Le garçon américain était un jeune Californien du nom de Wayne Rainey, qui venait de remporter son premier grand succès en course de vitesse, le titre AMA Superbike en 1983. "Les gens me demandent si j'ai été intimidé par Wayne, je ris juste parce que j'étais le plus jeune vainqueur de GP et je n'avais jamais entendu parler de ce type. Sans manquer de respect, mais dans ma tête, j'allais gagner le championnat du monde 250cc." La première configuration de l'équipe Roberts n'avait rien à voir avec les énormes cadres de 500 cm3 que l'Américain avait dans les années 90, quand il avait la plus grande équipe du paddock. "Wayne et moi dormons dans la même caravane, sur des lits superposés. C'était un gars sympa, je ne pouvais pas imaginer un coéquipier plus approprié. Mais je n'ai jamais pensé qu'il obtiendrait ce qu'il a obtenu - après 84, il est revenu aux États-Unis." Inévitablement, Roberts a passé plus de temps à entraîner Rainey, qu'il a aidé depuis que Roberts est passé des pistes de terre à la vitesse.


1984, Alan Carter, Kenny Roberts et Wayne Rainey


"Kenny savait de quoi il parlait, il était incroyablement compétent et toujours très rapide. Wayne et moi étions tristes au Circuit Paul Ricard parce que nos motos étaient si lents, alors Kenny a dit, qu'est-ce qui ne va pas ? Nous avons dit que les motos étaient de la merde, alors il a dit qu'il ferait mieux d'aller faire un tour et d'identifier le problème. Il est sorti sur la piste et était une seconde plus rapide que moi et Wayne !" « Ça m'a vraiment motivé parce que dans mon expérience précédente, mon père renforçait toujours une motivation négative : dire que je ne serais jamais capable de faire ceci ou cela. J'ai fini par me qualifier au premier rang - nous avions tous les deux besoin d'un coup de pied au cul, nous étions entrés dans une spirale descendante." Big Mal Carter Les Carter étaient la plus grande famille de pilotes du Royaume-Uni au début des années 1980. L'homme dur d'Halifax, Mal Carter, a parrainé le jeune Ron Haslam - par l'intermédiaire de ses concessionnaires automobiles PHARAOH - a dépensé une fortune pour la carrière de ses fils, menant Alan à la gloire du GP et son frère aîné Kenny au succès sur la scène anglaise du Speedway. Mal était l'homme le plus effrayant de la scène motocycliste britannique – habile avec ses poings et n'aimait pas être confronté. "Quand quelqu'un lui a demandé de montrer son laissez-passer pour le paddock, mon père pointait simplement son visage et disait, c'est mon putain de laissez-passer, tu ne sais pas qui je suis?", A écrit Carter dans sa brillante autobiographie, Light in the Darness. « Parfois, il les menaçait. De temps en temps, je pourrais même les frapper."


Mal Carter


« Mon père était un diamant brut : fermier, combattant, concessionnaire automobile. J'étais mort de peur pour lui. C'était très, très verbalement abusif et effrayant. Ça ne m'a jamais frappé, même si j'ai toujours eu peur que ça le fasse." La principale motivation de Big Mal en course était de "battre les usines", il n'était donc pas trop content quand Haslam a signé pour Honda et il n'a pas non plus été impressionné quand Alan a signé pour l'équipe Roberts Yamaha. La tragédie a frappé la famille en 1986 lorsque Kenny a assassiné sa femme, puis a retourné l'arme contre lui-même.


Kenny Carter


Entre 1987 et 1990, Alan a participé sporadiquement à certaines courses de GP250 sans succès notable. Aujourd'hui, il est un entraîneur reconnu au Royaume-Uni.


Le Mans, 1983, à une étape de la course où Alan Carter était déjà dans le groupe de tête !


JJ COBAS, 1986




Fontes:



PUB



コメント


bottom of page