top of page

Les éternelles deuxièmes

Texte: Alex Ricci (www.motox.pt)

Photos: MotoGP, WorldSBK, Lisa Daniel Photography e MotoX.pt



"Le deuxième est le premier des perdants" est une phrase célèbre d'Enzo Ferrari qui condamne avec une ironie brutale tous ceux qui approchent de la victoire et que l'on a entendu utiliser au fil du temps comme une provocation, probablement après un triomphe écrasant du vainqueur du jour. Mais qu'est-ce qui est impitoyablement vrai et qu'est-ce qui ne devrait pas être pris au sérieux dans une telle déclaration ? Venant d'un personnage comme 'Dragon', toujours en compétition contre tout le monde avec ses 'machines', ce n'est pas trop surprenant et a une touche particulière, mais la vérité est que parmi les grands finalistes, il y en a quelques-uns aussi importants qu'un vrai gagnant .


Randy Mamola, 15 ans, vient d'arriver des USA. En raison de son âge, il a été empêché de participer à l'édition 1974 des 100 Miles d'Imola, en Italie


Randy Mamola, le funambule à deux roues


Le premier à retenir est certainement Randy Mamola, un pilote qui a passé les meilleures années de sa carrière en MotoGP de 1979 à 1992 et notamment dans la catégorie 500cc. Originaire de San José, comté de Santa Clara, Californie, il a remporté un total de treize victoires de classe majeure, un exploit qui aurait été suffisant pour remporter au moins deux titres mondiaux dans les années 1980. Mamola (prononcé avec l'accent sur le o), était un funambol sur deux roues, capable de numéros spectaculaires sur n'importe quelle piste et à n'importe quelle étape d'une course, qui est entré dans l'histoire pour avoir terminé deuxième quatre fois et troisième deux fois, caressant le monde championnat sans jamais le gagner.


Randy Mamola avec la Rothmans Honda NSR500 à Assen en 1985


La première occasion remonte à la saison 1980, avec une Suzuki, lorsqu'il a dû se rendre au "martien" Kenny Roberts, qui "préparait" son troisième titre consécutif, alors qu'en 1981, sur la même moto, il a terminé à la deuxième place derrière Marco Lucchinelli, dans son seul triomphe sur la Suzuki pour l'équipe Gallina. Sa troisième deuxième place est survenue en 1984, lorsque sur une Honda il a été battu en table finale par Eddie Lawson, pour répéter trois saisons plus tard, cette fois sur une Yamaha et derrière Wayne Gardner.


Randy Mamola dans une célèbre bataille de boules de neige avec Jean-François Baldé. C'était en 1982 et il neigeait sur le circuit de Salzburgring en Autriche


Les deux troisièmes places sont survenues au cours des saisons 1983, lorsqu'il a été battu par Freddie Spencer et Roberts, et en 1986, derrière Lawson et Gardner. En résumé, il est bien clair que pour Randy, la rencontre avec ces coureurs a été déterminante pour ses résultats, mais il reste l'un des plus acclamés et des plus retenus de l'école américaine et de l'âge d'or de la classe reine.


Aaron Slight avec la RVF750 RC45 de Castrol Honda lors de la deuxième manche de la manche d'Hockenheim en 1997


Aaron Slight, le guerrier maori


Aaron Slight est, à part entière, le pilote moto néo-zélandais le plus connu des trente dernières années.


Talent sur la piste et caractère sur et hors du paddock, il était l'un des meilleurs performeurs du début de l'ère Superbike, approchant le titre à deux reprises et terminant troisième à quatre reprises (dont trois consécutives).


Originaire de Masterton, il a fait ses débuts très tôt, remportant les championnats australien et pan-pacifique en 1991 et les 8 heures de Suzuka à trois reprises entre 1993 et ​​1995.


En Superbike, il débute avec la Bimota, mais c'est avec la Kawasaki qu'il remporte sa première victoire.


Passé à Honda et a de nouveau terminé troisième en mode triple.


Slight avec John Kocinski, qui deviendra champion du monde, et Sinichi Itoh, à sa droite. Sur son côté gauche se trouve Yuichi Takeda, le quatrième élément que Honda Castrol a aligné lors de la manche à domicile à Sugo, au Japon.


C'est en 1996 qu'il se bat pour son premier titre et avec une seule victoire et onze podiums il doit céder la tête à Troy Corser. L'année suivante, il est troisième pour la quatrième fois, alors qu'en 1998, avec cinq victoires et cinq deuxièmes places, il ne peut rien contre le « King » Carl Fogarty et termine deuxième pour la deuxième fois. Surnommé le « guerrier maori » en raison de ses origines, ou simplement le « Kiwi », Slight avait une coupe de cheveux mohawk avec une crête de cheveux teints en vert ou en rouge et arborait un physique de surfeur.


Son écusson mohawk était la marque de fabrique de Slight. Il pouvait changer de couleur d'un test à l'autre. Nous étions en 1996.


Habitué à porter le chiffre '3' sur son casque, après trois troisièmes places consécutives, il l'a changé en '111', presque comme pour exorciser ses trois occasions manquées, ne sachant pas que ses années d'éternelle deuxième place n'avaient atteint qu'à mi-chemin. Fait intéressant, de 2007 à 2011 et dans la catégorie Superbike, Rubén Xaus a également utilisé '111' sur son carénage, tout comme Luca Ottaviani le fait actuellement, dans la classe Supersport du CIV, le championnat italien de vitesse.


Tom Sykes avec la Rizla Suzuki GSX-R1000 avec laquelle il a couru pour la première fois en World Superbike, lors de son passage à Donington en 2008. Ici 'emballé' avec Leon Haslam, devant le spectateur Cal Fogarty.


Tom Sykes, c'était presque une éternelle deuxiéme


Il aurait pu être un éternel second, et en partie il l'était, mais Tom Sykes l'a fait. Le pilote Huddersfield a été le seul pilote à ramener le titre Superbike à Kawasaki après une sécheresse de 20 ans. Lui aussi aurait eu du succès l'année précédente, mais une série de combinaisons et un score divisé par deux lors de la manche de Silverstone ont fait perdre le titre à l'Italien Max Biaggi. Attention, le corsaire n'a en aucun cas eu de démérite, mais il est curieux de voir comment un pilote peut terminer à la deuxième place avec seulement un demi-point d'écart. Ses débuts dans le championnat des motos dérivées de la série remontent à 2008, lorsqu'il a participé à deux courses en tant que "wild-card" avec la Suzuki GSX-R1000 avec laquelle il a couru dans le championnat britannique.


Tom Sykes déjà avec la Kawasaki qui l'amènera au titre en 2013. Ici, les résultats ont quand même été un peu douloureux, comme lors de ce déplacement à Assen, en 2010.


En 2009, il devient coéquipier permanent de Ben Spies au sein de l'équipe officielle Yamaha. A côté du Texan, qui a dévoré ses rivaux en remportant le titre, Tom a presque toujours été parmi les dix premiers sans jamais monter sur le podium. Cela semblait être une saison opaque, sans trop de prétentions, mais l'année suivante, lorsqu'il est passé à Kawasaki, les résultats ont chuté drastiquement et, malgré une victoire, pendant deux saisons, il a terminé respectivement treizième et quatorzième. La ZX-10R ne ressemblait pas à une moto gagnante, mais en 2012, quatre victoires et neuf podiums ont été remportés.


Le mandat de Tom Sykes chez BMW Motorrad en tant que pilote officiel a connu de nombreux hauts et bas, comme l'accident au départ de la course de dimanche à Magny Cours, qui a mis deux machines officielles hors course dès le premier virage.


Avec le plus grand nombre de podiums remportés, il n'a pas remporté le championnat, se contentant de la deuxième place, ce qui semblait être une malédiction. Heureusement, en 2013, Sykes a remporté le championnat du monde Superbike avec neuf victoires et neuf podiums. La deuxième couronne de lauriers pour Kawasaki après Scott Russell en 1993 était le prélude au cycle de six titres consécutifs de Jonathan Rea de 2015 à 2020. Avec la plus courte avance jamais enregistrée au classement Superbike 2012, s'il n'avait pas gagné l'année suivante, Sykes aurait été plus susceptible d'être rappelé pour ce championnat du monde manqué d'un demi-point que pour ses belles victoires.


Cirillo 'Nello' Pagani avec le Mondial 125 qui l'a mené au titre mondial en 1949.


‘Nello’ Pagani, surtout connu pour le championnat qu’il n’a pas gagné…


Terminons par un saut dans le temps et partons en 1949. Le règlement du Championnat du monde de motocyclisme stipulait : « Pour le meilleur tour accompli par un concurrent classé : 1 point » et ce règlement a été déterminant pour décerner le premier titre historique à Leslie Graham, en AJS, qui en fin de saison avait marqué 28 points, un de moins que Nello Pagani, le meilleur pilote de Gilera, qui a vu son premier championnat du monde historique dans la catégorie 500 m'échapper. Passant des Championnats d'Europe aux Championnats du Monde, la langue officielle dans laquelle le règlement était rédigé était le français.



Dans la traduction italienne, une erreur a été commise dans laquelle on pensait que le meilleur tour au classement général de la course comptait si le pilote se qualifiait. La différence entre les deux versions ne valait pas l'appel de la Fédération italienne et, avec 30 points, Graham est devenu champion de la classe 500. Ainsi s'est terminée la première année du championnat du monde pour Cirillo "Nello" Pagani, de Milan et l'un des plus grands as de la moto italienne, avec une carrière de quarante ans, de 1927 à 1967 et une guerre mondiale entre les deux. Il était parmi les pilotes les plus éclectiques que l'histoire de la course ait jamais connus.

Son seul titre était encore en 1949, dans un Mondial 125, mais ce championnat perdu est toujours célèbre.



PUB




Comments


bottom of page