Île de Man, Bref historique du "Snaefell Mountain Course"



Île de Man, histoire et importance dans les sports mécaniques


Aujourd'hui, l'île de Man est internationalement reconnue pour l'organisation d'événements sportifs motocyclistes dont la principale caractéristique publique est le danger et ses conséquences adjacentes.


Giacomo Agostini (MV AGUSTA)

Au-delà des arguments (les défenseurs et les détracteurs), la vérité est que le maintien de ces races n'est possible qu'en raison de la charge de tradition qu'elles contiennent. Le trait moins public à l'origine de cette tradition est le fait que l'île de Man est le berceau des courses de vitesse moto et voiture !


La genèse


Au début du 20e siècle, il n'y avait pas de circuits permanents et au Royaume-Uni une loi était en vigueur qui limitait la vitesse maximale (sur les routes publiques) à 20 mph (environ 32 km/h). Du fait que l'île de Man, fruit de l'hypocrisie qui prévaut encore dans les territoires offshore, dispose d'une certaine liberté législative, les responsables de l'"Automobile Car Club of Britain and Ireland" ont incité les autorités à autoriser le différend sur les courses automobiles. sur les voies publiques de l'île. Ainsi, en 1904, sous la forme d'un contre-la-montre, se déroule la première épreuve pour voitures de tourisme, empruntant un parcours, "Highroads Course", de 52,15 miles (environ 83,93 km), Clifford Earl, aux commandes d'un NAPIER, a été le vainqueur de la course disputée en 6 tours de parcours. En septembre 1905, une autre course automobile a eu lieu, désormais appelée le "RAC Tourist Trophy", qui a été remportée par John Napier qui pilotait un ARROL-JOHNSTON, atteignant une moyenne de 33,90 mph (54,56 km/h). Comme expédient pour trouver une équipe pour représenter la Grande-Bretagne dans les "International Motor-Cycle Cup Races", c'est aussi en 1905, au lendemain de la course automobile, que se déroule la première course de motos. Le fait que les vélos utilisés n'étaient pas en mesure de parcourir la partie la plus escarpée de la montagne a conduit l'organisation à opter pour un parcours alternatif d'environ 25 miles (40 km) : Douglas-Castletown-Ballacraine-Douglas. Cette course a été remportée par J. S. Campbell (ARIEL) qui, malgré un incendie sur sa moto et son matériel lors du ravitaillement, a réussi à boucler les 5 tours de course (125 miles/201 km) à une vitesse moyenne de 30.04 mph (48.34 km/h). Des courses automobiles ont eu lieu sur l'île de Man en : 1905, 1906, 1907, 1908, 1914 et 1922. Ce sont les origines des prestigieux « RAC Tourist Trophy », qui ne furent pas disputés entre 1923-1927 et qui à partir de 1928 furent même disputés sur le continent. Les raisons du changement de décor étaient dues au danger que représentait l'itinéraire et au fait qu'entre-temps, des circuits permanents avaient commencé à apparaître en Grande-Bretagne continentale. En 1907, la course de motos se déroulait dans l'Ile de Man sous l'appellation "Auto-Cycle Tourist Trophy", l'appellation "Tourist Trophy" est due au fait que les motos admises devaient disposer de freins, de garde-boue et d'outils, c'est-à-dire qu'ils devaient être en conformité pour circuler sur les voies publiques.


Dès lors jusqu'à aujourd'hui, à l'exception des périodes des Grandes Guerres (1915-1919 et 1940-1945) et du Covid-19 (2020-2021), la course se déroule sous le nom de "Tourist Trophy" même si les caractéristiques de les motos admises variaient entre la dérivation de série et les prototypes.


Le vainqueur de 1907, Charlie Collier, au guidon d'un MATCHLESS, a parcouru en moyenne 38,21 mph (61,49 km / h)

Le circuit


Entre 1907 et 1910, la course a eu lieu "St. John's Short Course », un circuit de 15 milles (environ 24 km). En 1911, l'événement a commencé à utiliser le "Snaefell Mountain Course", un circuit de 37,40 miles qui est utilisé jusqu'à aujourd'hui avec de légères variations dues aux changements dans la conception du réseau routier, actuellement il a 37,73 miles (environ 60,725 km). ) . Le "Snaefell Mountain Course" s'est mérité la triste réputation d'être le circuit le plus dangereux du monde depuis le début, jusqu'à aujourd'hui, plus de 260 coureurs ont perdu la vie sur ce parcours, dans l'épreuve principale (environ 150), y compris les morts qui se produisait lors des autres épreuves entre-temps créées pour les amateurs, les « Manx TT », ou les classiques, les « Classic TT » !!!...


Les principaux facteurs de danger du circuit sont :


Ralph Bryans et Luigi Taveri, course 50cc en 1966

  • La taille du périmètre du circuit le rend difficile à mémoriser, on dit que pour y être rapide il faut y aller et y habiter et c'est la solution que certains pilotes ont trouvé pour connaître le tracé en profondeur ;

  • Bien qu'il comporte quelques points très lents, par exemple "Quarter Bridge", "Braddan Bridge", "Ginger Hall", "Parliement Square", "Hairpin" ou "Water Works", le parcours est dans l'ensemble très rapide ce qui augmente la implications négatives en cas d'accident, aujourd'hui, dans les classes les plus rapides, de larges portions de parcours sont parcourues à plus de 300 km/h, le tour le plus rapide a été réalisé en 2018 par Peter Hickman, dans la « Senior TT Race », avec 16m42.778s à une moyenne de 135.452 mph (217.989 km/h), comme curiosité, dans la 50cc, qui a eu lieu entre 1962-1968 dans le cadre de l'épreuve de pointage, à l'époque, pour le Championnat du monde de vitesse , en 1966, il y a 55 ans !!!, Ralph Bryans sur HONDA a remporté la course à une moyenne de 85,66 mph (137,86 km/h) !!!...

  • Les limites d'un circuit routier où l'absence de sécurité passive (fuites) et même de contrôle des animaux dans un périmètre de cette dimension (il est déjà arrivé qu'un pilote percute un cheval effrayé par le bruit d'un hélicoptère qui allait porter assistance à un autre pilote blessé), déterminer l'impossibilité de sécuriser le parcours selon les normes en vigueur ;

  • Enfin, et pour compliquer encore les choses, sur un parcours de cette taille et un dénivelé de plus de 400 mètres, les conditions atmosphériques varient souvent au cours d'un même circuit, il y a souvent du brouillard sur la montagne et un soleil radieux à Douglas .


Entre 1954 et 1959, une variante du circuit a également été utilisée, qui s'appelait le "Clypse Course", ce parcours était destiné uniquement aux Sidecar et Ultra-Lightweight et, à partir de 1955 également aux Lightweight, en 1960 ces classes ont commencé à concourir le long avec les autres sur le "Snaefell Mountain Course", le "Clypse Course" avait un périmètre de 10,92 miles (17,63 km) et utilisait deux sections du "Snaefell Mountain Course".


Mike "The Bike" Hailwood (DUCATI), 1979

Le Championnat du Monde de Vitesse


C'est dans l'île de Man que le GP de Grande-Bretagne, faisant partie du championnat du monde de vitesse, s'est déroulé entre 1949 (année de création du championnat) et 1976. La 50cc a été disputée entre 1962 et 1968, la 125cc entre 1951 et 1973, les 250cc, 350cc et 500cc entre 1949 et 1976. Ainsi, dans la liste des vainqueurs de ce circuit figurent des noms de première grandeur sur la scène mondiale de la vitesse, tels que : Luigi Taveri, Mike Hailwood, Phil Read, Tarquinio Provini, Bill Ivy, Kel Carruthers, Giacomo Agostini, Jim Redman, John Surtees, Bob McIntyre, Tom Herron, Mick Grant, Jack Findlay, Gary Hocking ou Geoff Duke, parmi tant d'autres. Après la course de 1972, Giacomo Agostini a annoncé qu'il ne courrait plus jamais sur l'île de Man, déclarant que c'était trop dangereux et qu'il était scandaleux que ce circuit reste au calendrier du championnat du monde, plus tard d'autres coureurs ont rejoint le boycott et 1976 était la dernière année au cours de laquelle l'événement marquant de la Coupe du monde a eu lieu sur cette route.



PUB




L'après Campionat du Monde


Mécontents de la perte de statut, les organisateurs, utilisant le poids de l'ACU (la fédération anglaise) dans la FIM, sont parvenus à créer un Championnat du Monde TT dont les principales caractéristiques seraient le fait que les motos admises seraient issues de séries et que les les circuits sont sur route (naturelle). Ce championnat n'a jamais eu un grand impact international, Île de Man mise à part, et a fini par utiliser des circuits permanents. Il a eu la dernière édition en 1990.


Au Portugal, pendant sa durée (1977-1990), il a eu 7 éditions à Vila Real : 1982, 1984, 1985, 1986, 1988, 1989 et 1990.


L'après-Tourist Trophy Mondial


Au cours des 32 dernières années, la compétition a été soutenue par l'énorme charge de tradition, par l'image de danger extrême et d'aventure qui attire les plus casse-cou et par une communication agressive de la part des responsables de l'organisation et des autorités de l'île, dont les plus grands atouts sont le fait d'être un paradis fiscal et les revenus touristiques que le circuit génère. Aujourd'hui, la popularité de l'événement ne cesse de croître.


Coureurs GP contre coureurs de l'île de Man


Les meilleurs pilotes de l'île de Man ne réussissent pas forcément face à la crème des pilotes permanents du circuit et cela est principalement dû au fait qu'ils roulent de manières différentes. Sur un circuit permanent, les coureurs roulent à la limite, avec les conditions de sécurité passive qui existent aujourd'hui, il est peu probable qu'ils se blessent en tombant. Dans l'île de Man, les conducteurs rapides savent que s'ils chutent, ils ont une forte probabilité de heurter un mur, un poteau, un arbre ou de tomber d'une falaise, naturellement, cette réalité ne leur permet pas de rechercher la limite de manière systématique. , ça demande plus défensif. Il n'y a donc pas de confrontation entre les deux familles de coureurs, certains n'acceptent pas de courir sur l'île de Man, d'autres n'ont pas l'habitude de rouler à l'extrême limite de la moto qu'ils conduisent. Pour ceux de l'île de Man, sans aucun doute, le titre de plus casse-cou demeure !


Les grands de l'île de Man


Les trois noms qui sont le plus souvent montés sur la plus haute marche du podium, dans les différentes courses/classes, sont les suivants :

  • 26x - Joey Dunlop

  • 23 x – John McGuinness

  • 18 x – Michael Dunlop

Sans doute parler de l'île de Man, c'est aussi, par la force des choses, parler de la famille Dunlop, originaire d'Armoy (Irlande du Nord), qui possède un palmarès impressionnant sur l'île. Joey gagna 26 fois et mourut en 2000 dans un accident à Tallinn en Estonie - circuit routier -, son frère Robert gagna 5 fois et mourut en 2008 dans un accident sur le "North West 200" en Irlande du Nord - circuit routier -, fils de Le neveu de Robert et Joey, Michael a gagné par 18x, enfin, William, le frère de Michael, fils de Robert et neveu de Joey, a eu des participations honorables sur l'île et est décédé en 2018 dans un accident lors des "Skerries 100 Road Races" à Dublin, Irlande . Par curiosité, on raconte que Robert Dunlop est décédé des suites d'un accident lors d'une séance d'entraînement en classe 250cc à laquelle ont également participé ses deux fils, sa moto avait les leviers de frein avant et l'embrayage gauche en raison de conditions physiques qu'il avait déjà avait eu d'un accident précédent, il semble que le moteur se serait grippé et lui, quand il a voulu serrer l'embrayage, a fait une erreur et a freiné fort à environ 160 mph (environ 260 km/h) après avoir chuté a été heurté par le pilote à la suite lui. Le lendemain, ses deux fils, dans une grande consternation, ont insisté pour participer à la course afin d'honorer la mémoire de leur père, étonnamment, Michael a remporté la course après un tête-à-tête avec Christian Elkin (à 1.029 s) qui termine deuxième devant John McGuinness (à 1,763 s).


L'accident de Robert Dunlop dans le "North West 200" en 1998, qui a entraîné des blessures graves qui l'ont longtemps paralysé et dont il ne se remettra jamais à 100%, à l'époque où il équipait une HONDA dans la catégorie 125cc, curieusement le même modèle que celui que conduisait son frère Joey lorsqu'il a eu l'accident mortel

Film de l'impressionnante course (250cc) que Michael Dunlop a joué dans le "North West 200" 2008 au lendemain du décès de son père Robert