CHRONIQUE DES BONS ESCROCS - L'art de démêler au moment critique


Moi en 1982, si vous regardez attentivement vous pouvez voir les restes de l'aile jaune et à droite Felisberto, en 2000, à l'arrêt au stand à la fin du 1er quart de travail, debout à droite, vous pouvez voir Nuno Oliveira prêt à passez à l'action !

Le manque de moyens, parfois basiques, était une constante chez la plupart des participants du sport moto. Si l'on ajoute à cette circonstance une certaine désorganisation, parfois aussi le résultat d'un manque de ressources, la conséquence fut, fréquemment, qu'il y eut des situations ridicules. Aujourd'hui, je me souviens de deux, dans lesquels j'ai été directement impliqué, tous deux sur le circuit d'Estoril, l'un en 1982 et l'autre en 2000.


1982


En 1982, j'ai participé, en tant que pilote, au Championnat National de Vitesse dans la catégorie Racing Junior 50cc. Les moyens étaient très rares, la moto avec laquelle j'ai commencé la saison, mon CASAL 5 vitesses à rotor intérieur MOTOPLAT, équipé d'un carburateur DELL'ORTO 30 mm, de suspensions et de freins ridicules, me permettait d'aspirer, quand tout allait bien. , une position au milieu de la table.


Ici samedi alors que le garde-boue reste n'avait pas été remplacé !

Pour la première course de l'année, à l'Estoril Autódromo, j'ai utilisé la logistique de M. Joaquim Nunes, père de Fernando Nunes qui à l'époque participait au 50cc Racing Seniors avec une ZUNDAPP. Le moyen de transport était une caisse ouverte FORD Transit avec bâche, dans la cabine M. Joaquim et sa femme, dans la boîte, suivaient les deux motos, moi, Fernando et deux amis à moi, Manuel Braga Lino et Gautier, collègues de collège, nous étions enveloppés dans des couvertures pour ne pas avoir froid pendant le voyage Santa Marta de Penaguião – Estoril (environ 400 km sur les routes à l'époque). Pour dormir, nous utilisions les boxes de l'époque (il y avait une salle de bain pour desservir tout le paddock à côté de la tour de contrôle) et nous devions encore dormir emmitouflés dans les mêmes couvertures utilisées pendant le voyage. Je trouve également intéressante une brève description de mon équipement à l'époque : mon casque était un BIEFFE, les bottes étaient empruntées à Ed Miro (MIREKO) - elles étaient au moins deux tailles trop grandes -, le pantalon était en nappa (la réglementation spécifié le besoin d'un costume ou d'un pantalon/veste en cuir ou matériel similaire) emprunté à feu Carlos Salgueiro, les gants ont été empruntés par Paulo Braga et le blouson était un blouson en cuir empruntée à Manuel Braga Lino (en fait son père la lui a prêtée et ... ). Le programme de la fête était le suivant : Samedi : vérifications techniques et location de piste (toutes classes confondues : 50cc Racing Juniors, 50cc Racing Seniors, 350cc Racing, Super Produção Classe 1 – jusqu'à 750cc – et Super Produção Classe 2 - plus de 750cc). En note de bas de page, je me souviens très bien à quel point c'était vraiment effrayant de partager la piste avec les TZ 350 et CB 1100 R ! Dimanche : essais libres, essais chronométrés et 3 courses : - 50cc Racing Juniors - 50cc Racing Séniors - 350cc Racing, Superprodução Classe 1 et Classe 2 Lors des contrôles techniques un problème est survenu, ma moto n'a pas passé les mêmes car elle n'avait pas de garde boue avant, le règlement précisait que c'était obligatoire dès que la moto en question n'avait pas de carénage complet, c'était ma quatrième course et je n'avais jamais personne n'avait attiré mon attention sur ce fait.


Après tous les efforts pour arriver à Estoril, c'était un gros ennui, au vu de ce problème, quelqu'un, parmi les personnes présentes, a trouvé une solution, est allé au fond du banc et a ajouté un garde-boue à une moto qui était garée après avoir eu le bon sens d'avoir laissé un papier identifiant la situation et précisant la raison. Plus tard, le propriétaire de la pièce est apparu, il aimait beaucoup la course et était très compréhensif (je pense qu'il était l'un des rares spectateurs samedi...). Je ne me souviens pas de son nom, mais je me souviens que l'année suivante, il a également couru. Le garde-boue était jaune en fibre de verre et une fois en place il avait l'air affreux lorsqu'il était soulevé à l'avant, nous l'avons fixé avec des pinces métalliques et le vélo a passé les contrôles ! Après avoir surmonté ce problème, j'ai pris la piste et le garde-boue a montré, une fois de plus, qu'il voulait être le protagoniste de la journée. Vers la fin de la ligne droite, António (Tógu) Lopes da Silva, au volant d'une TZ 350 toujours défaillante, m'a dépassé et j'ai rendu la pareille à l'entrée du virage 1 - cela n'aurait pas été possible s'il s'était agi d'une TZ qui fonctionnait correctement, mais je n'ai aucune idée que je n'ai jamais vu la moto de Togu carburer comme il se doit - et à ce moment-là, le garde-boue a sauté. J'ai failli tomber et j'ai regardé en arrière, inquiet que Togu soit passé, personne n'est tombé, mais le pare-chocs était cassé en trois. Après avoir récupéré les restes de la pièce, nous avons vérifié que la partie centrale (zone de serrage) était en état de marche, elle a été remontée et c'est comme ça que j'ai couru, avec un bout de garde-boue avant ! Il n'y avait plus de problèmes car il n'offrait plus de résistance aérodynamique décente ! En course j'étais classé 5ème, ce qui n'était pas mal compte tenu de toutes les contraintes. Il est regrettable que Domingos Monteiro soit décédé dans la même course, frère cadet du consacré Tózé Monteiro qui a curieusement remporté la course 50cc Racing Seniors qui a eu lieu après la nôtre, ayant eu cette tragique nouvelle au moment où il aurait dû célébrer la victoire, en raison de un accident au virage 1, à l'époque ce virage 1 ou courbe CITROEN était beaucoup plus rapide qu'aujourd'hui et avait les rails au ras de l'asphalte !



PUB



2000


En 2000, j'étais associé directeur de COSE DA MOTO, depuis la genèse de cette entreprise, en 1991, qu'elle était liée à la compétition et, cette année-là, nous avons organisé une structure pour faire le CNV dans la classe Supersport avec Felisberto Teixeira comme pilote. Felisberto était à l'époque un pilote avec beaucoup d'expérience internationale, entre autres, en Endurance avec le Team SUZUKI SHELL. Dans cette optique, nous avons décidé de participer à la manche portugaise du Championnat du Monde d'Endurance dans la catégorie Stocksport (des motos très proches de leurs homologues de série). Au départ, l'idée était de faire une équipe de 3 pilotes avec Felisberto, Gilson Scudeler et Nuno Oliveira, cette formation résultait d'un accord avec Paulo Roberto Araújo pour le compte de Gilson, et avec YAMAHA Motor Portugal qui nous fournirait une R1 pour rouler et un autre pour servir les pièces de rechange si nécessaire. D'une part, je pense qu'une question de compatibilité sponsor, dont je ne me souviens plus, Paulo a décidé de partir et d'emmener Gilson dans une autre formation. Alors, à la dernière minute, j'ai décidé de participer avec seulement 2 coureurs : Felisberto et Nuno. L'engagement de YAMAHA est resté, mais entre-temps, les 2000 R1 ont été épuisées et un modèle 1999 nettement inférieur nous a servi. La moto a été livrée dans une boîte aux stands d'Estoril Autódromo et la préparation de base qu'elle a subie a été effectuée "in loco". La moto pour pièces n'a jamais été livrée, aujourd'hui, de loin, je pense que faire face à une épreuve d'endurance, même si courte, avec seulement 2 pilotes et sans aucune pièce de rechange, était un peu inconscient. En ma faveur, le fait que je n'étais au courant du manque de pièces de vélo que lorsque j'étais déjà à Estoril ! Pour ajouter à la difficulté, même l'amortisseur arrière OHLINS que nous avons monté était pour le modèle 2000 ! Pendant l'entraînement, Felisberto se plaignait toujours de l'efficacité de la moto. Cependant, je dois le préciser, la boxe s'était entraînée et était bien orchestrée par Zé Pedro (Sr. Cachorro) pour le ravitaillement et les changements de pneus.


La course a commencé et Felisberto a bouclé le premier changement (50 m) en 5e position au général, 2e position pour Stocksport et, de manière confortable, 1ère équipe portugaise lorsqu'il s'est arrêté pour changer de pilote, nos attentes étaient élevées, malgré tous les revers que nous avons vu un résultat historique. Nuno a pris la moto pour le deuxième quart de travail et s'est écrasé, après avoir quitté les stands, au virage 1..., c'était une légère chute, mais quand il est arrivé aux stands, nous avons remarqué avec consternation que le levier de frein avant s'était cassé...


Sur cette photo sont encore reconnaissables José Pedro Fonseca (à côté de la moto) et Paulo Ribeiro (à droite) témoins de l'événement

Les options étaient d'abandonner ou... Le beau-frère de Zé Pedro est allé au fond du banc, a soustrait un levier à la R1 d'un spectateur et a laissé son numéro de portable sur un papier collé sur le vélo. Au milieu de cette confusion, Nuno Leitão, pour qui Nuno Oliveira a participé à la compétition nationale avec notre équipe, est venu nous dire qu'il ne permettrait pas à Nuno de courir à nouveau car cela n'avait aucun sens de risquer son intégrité physique dans ces conditions. Felisberto voulait partir et moi, dans une attitude olympique qui m'est habituelle mais pas toujours favorable, j'ai dit : « On ne lâche pas !... » Felisberto a donc effectué les quarts de travail restants comme il le pouvait, ayant fini par être épuisé et manquant de l'éclat qu'il méritait vraiment. En fin de course, nous avons rendu le levier à son propriétaire qui, heureusement, sans drame, nous a pardonné notre audace !



PUB



Crédits photos : 1982, le premier présenté est de feu Carlos Barreiros, le second de Jorge Morgado. A l'époque, nous recevions les photos par la poste et nous ne les voyions qu'après avoir payé (150$00 chacune). Jorge et Carlos auraient dû être « cartellisés », ils pratiquaient exactement les mêmes conditions commerciales ! 2000, photos gracieusement fournies par mon ami Manuel Carvalho, mon camarade dans l'armée et qui depuis longtemps se passionne pour la photographie de sport automobile "GSI Global Sports Image - photographie & actualité". Vous pouvez consulter leur page FB sur : https://www.facebook.com/GSI-Global-Sports-Image-2143608255653024/?__tn__=%2Cdk%2CP-R&eid=ARAseNr6mexNw5LB8RJvbpmSQreuY7Dx9G8iqNKm3vfB-YKREhlLrz-dExZQsrYjD0FdrDHPTHoKEirQ