Formule 750cc, de la création à la disparition !



La YAMAHA TZ 750 F (1979), la dernière version du modèle qui a marqué cette classe


Dans la période entre les années 1950 et la fin des années 1960, l'évolution des motos de série était en sommeil, la production de modèles de grande capacité était ponctuelle et n'avait pas un grand pourcentage d'expression sur le marché. En 1969, HONDA a présenté l'emblématique CB 750 Four, 4 cylindres, refroidi par air, 4T, 68 CV, l'impact de ce modèle sur les ventes et l'image de la marque a été énorme, cela a provoqué l'apparition d'autres marques dans ce segment, à la temps, exclusif. En 1971, KAWASAKI avec le 750 H2, 3 cylindres, refroidissement par air, 2T, 74 CV et aussi SUZUKI avec le GT 750, 3 cylindres, refroidissement liquide, 2T, 67 CV, institutionnalisent le 750cc. A cette époque, l'industrie britannique était encore active et produisait quelques motos de grande cylindrée tandis qu'en Italie, à quelques exceptions près, des motos équipées de moteurs à petit cylindre étaient produites. En compétition, au niveau international, la FIM a institutionnalisé la 500 cm3 comme la classe reine de Vitesse, tandis que dans la Endutance, les moteurs 750 cm3 étaient autorisés, au début, et, plus tard, 1 000 cm3. Cependant, aux États-Unis, il y avait déjà l'habitude de concourir avec des motos de plus grande capacité dans les événements Dirt Track et Short Track. En 1971, l'AMA (Fédération américaine de motocyclisme) est finalement devenue une partie de la FIM (Fédération internationale) et, avec l'ACU (la Fédération anglaise), ils ont réglementé la Formule 750. La réglementation imposait un nombre minimum d'homologation de 200 unités, une petite quantité afin de permettre l'adhésion de marques européennes, dans le sens de n'admettre que des motos dérivées de modèles de série, malgré cela, la réglementation était assez libérale en ce qui concerne la préparation autorisée , tant au niveau moteur que cyclisme et silhouette. En ne précisant pas que les motos autorisées à participer devraient dériver d'un modèle homologué pour rouler sur route, en ne s'appuyant que sur le minimum d'homologation comme moyen de dissuasion, cela a laissé un vide que YAMAHA a su plus tard utiliser pour s'imposer dans d'une manière écrasante dans cette classe. Fait intéressant, également, en n'instituant pas de limite de cylindrée minimale, il a ouvert la participation au concours client de YAMAHA, l'emblématique TZ.


Les superbikes japonaises emblématiques : HONDA CB 750 Four, KAWASAKI 750 H2 et SUZUKI GT 750


Le Trophée FIM Formule 750cc


1973


Barry Sheene, 1973, aux commandes de la SEELEY SUZUKI qui lui a valu le surnom de "water buffalo"


En 1973, le premier trophée FIM de cette classe est disputé, la course initialement prévue aux USA est annulée et, ainsi, la première course se déroule à Imola.


Les gagnants des courses qui ont marqué pour le trophée étaient les suivants:


  • Imola (Italie) – Jarno Saarinen - YAMAHA 350cc (c'était la seule course à laquelle il a participé car il est décédé peu de temps après dans une course 250cc CMV à Monza)

  • Paul Ricard (France) – Barry Sheene – SEELEY SUZUKI 750cc

  • Anderstorp (Suède) – Jack Findlay – SUZUKI 750cc

  • Ahvenisto (Finlande) – Teuvo Lansivuori – YAMAHA 350cc

  • Mosport (Canada) – Paul Smart – SUZUKI 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – Stanley Woods – SUZUKI 750cc

  • Jarama (Espagne) – John Dodds – YAMAHA 350cc


Images de NORTON ayant participé à la première édition du trophée


Grâce à l'imprécision réglementaire, la YAMAHA TZ 350 a été jugée apte à participer à cette classe et a curieusement remporté 3 des 6 courses disputées et, s'il n'y avait pas la disparition prématurée et tragique de Jarno Saarinen, l'histoire pourrait être différente, sous ces circonstances, Barry Sheene aux commandes d'une SUZUKI, dérivée de la GT 750, avec un châssis SEELEY, fut le premier champion de cette classe, les postes suivants furent respectivement occupés par John Dodds dans la YAMAHA TZ 350cc et Jack Findlay dans la SUZUKI 750cc. Parmi les constructeurs, une grande variété de marques présentes au classement final – dont plusieurs européennes –, SUZUKI s'est imposée, et aux positions suivantes se trouvaient respectivement YAMAHA, TRIUMPH, HONDA, DUCATI, NORTON, HARLEY DAVIDSON, KAWASAKI, YAMSEL ( SEELEY avec moteur YAMAHA), MOTO GUZZI et enfin BSA.


1974


John Dodds, au guidon d'une YAMAHA TZ 350 en 1974


Profitant du « lapsus » réglementaire qui permit l'entrée du TZ 350, YAMAHA tenta en 1974 d'homologuer, dans cette classe, le TZ 750 qui, dans sa version initiale, était en fait un 700cc qui utilisait deux groupes thermiques de TZ 350 dans un 4 cylindres en ligne. Bien qu'à la lettre la moto soit conforme aux exigences réglementaires, la FIM a estimé qu'elle ne correspondait pas à l'esprit de la classe et a hésité au moment de l'homologation. A la suite de cette impasse, le trophée s'est déroulé avec la polémique installée et seules 3 des 7 épreuves initialement prévues ont eu lieu. Ainsi, la deuxième année où le trophée a été disputé, les gagnants sont les suivants :


  • Jarama (Espagne) – John Dodds – YAMAHA 350cc

  • Hameenlinna (Finlande) – Pentti Korhonen – YAMAHA 350cc

  • Silverstone (Royaume-Uni) – Paul Smart – SUZUKI 750cc


Le vainqueur du trophée était John Dodds sur une YAMAHA TZ 350cc, dans les positions suivantes Patrick Pons sur une TZ 350cc et Jack Findlay une SUZUKI 750cc, ce qui a clairement indiqué, s'il y avait le moindre doute, que quelque chose n'allait pas dans cette classe. Pendant ce temps, des épreuves extra-trophées ont eu lieu, où la 750cc TZ a été admise, les performances de la moto ont clairement montré la nécessité, contre vents et marées, de s'intégrer afin de populariser une classe à l'agonie.


1975


Jack Findlay, 1975, au guidon de sa TZ 750


Enfin, en 1975, la FIM autorise l'homologation de la YAMAHA TZ 750 et, par la même occasion, homologue un moteur KAWASAKI avec le bloc H2 et refroidissement liquide, acceptant, dans ce dernier cas, la production de seulement 25 unités, la moto avec ce kit est devenu H3 !


KAWASAKI 750


Cette mesure a donné un nouvel élan à cette formule, le trophée s'est disputé en neuf épreuves avec une distance minimale de 200 milles, normalement, sauf, pour des raisons de tradition, à Daytona, disputée en deux manches, une mesure qui se justifiait par les problèmes de consommation. et la durabilité des pneus. La domination de YAMAHA était écrasante, lors de la première course, à Daytona, les 19 premiers classés équipaient le dominant TZ 750. Les gagnants étaient :


  • Daytona (Etats-Unis) – Gene Romero – YAMAHA 750cc

  • Imola (Italie) – 1ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Imola (Italie) – 2ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Mettet (Belgique) – 1ª M – Patrick Pons – YAMAHA 750cc

  • Mettet (Belgique) – 2ª M – Dave Potter – YAMAHA 750cc

  • Magny-Cours (France) – 1ª M – Barry Sheene – SUZUKI 750cc

  • Magny-Cours (France) – 2ª M – Barry Sheene – SUZUKI 750cc

  • Anderstorp (Suède) – 1ª M – Barry Sheene – SUZUKI 750cc

  • Anderstorp (Suède) – 2ª M – Barry Ditchburn – KAWASAKI 750cc

  • Hameenlinna (Finlande) – 1ª M – Tapio Virtanen – YAMAHA 750cc

  • Hameenlinna (Finlande) – 2ª M – Tapio Virtanen – YAMAHA 750cc

  • Silverstone (Royaume-Uni) – 1ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Silverstone (Royaume-Uni) – 2ª M – Barry Sheene – SUZUKI 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 1ª M – Yvon Duhamel – KAWASAKI 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 2ª M – Yvon Duhamel – KAWASAKI 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 1ª M – Patrick Pons – YAMAHA 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 2ª M – Patrick Pons – YAMAHA 750cc


En fin de saison, Jack Findlay, au guidon d'une YAMAHA TZ 750cc, remporte le Trophée FIM 750cc, sans avoir remporté aucune course, prouvant tout de même qu'il s'agissait d'une compétition client aux commandes de laquelle un pilote privé pouvait prétendre la victoire! Aux positions suivantes se trouvaient respectivement Barry Sheene en SUZUKI 750cc et Patrick Pons avec une autre YAMAHA TZ 750cc. Chez les constructeurs, 3 marques ont marqué, YAMAHA l'a emporté suivi de SUZUKI et KAWASAKI.


1976


Bien que cette classe devienne populaire auprès des coureurs, la FIM a continué à la traiter comme un parent pauvre et à imposer des critères plus cléments aux organisateurs d'événements. À la suite de cet assouplissement, en 1976, les courses en Finlande et en Suède ont été annulées à la dernière minute et la course au Venezuela a eu une erreur dans le décompte des tours, c'est pourquoi la FIM a décidé de ne pas considérer les résultats de la même finale effet de classement comme, encore trophée. À Daytona, la première course, la seule course organisée uniquement dans une course de 200 milles, la durabilité des pneus était le principal protagoniste et malgré le favoritisme de Kenny Roberts, le vainqueur était Johnny Cecotto qui a opté pour une configuration moteur avec une livraison plus douce puissance, ce qui lui a permis de faire toute la course sans avoir à changer de pneus. Les gagnants de cette saison étaient :


  • Daytona (Etats-Unis) – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • San Carlos (Venezuela) – 1ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • San Carlos (Venezuela) – 2ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Imola (Italie) – 1ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Imola (Italie) – 2ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Jarama (Espagne) – 1ª M – Michel Rougerie – YAMAHA 750cc

  • Jarama (Espagne) – 2ª M – Michel Rougerie – YAMAHA 750cc

  • Nivelles (Belgique) – 1ª M – Gary Nixon – KAWASAKI 750cc

  • Nivelles (Belgique) – 2ª M – Mick Grant – KAWASAKI 750cc

  • Nogaro (France) – 1ª M – Christian Estrosi – YAMAHA 750cc

  • Nogaro (France) – 2ª M – Christian Estrosi – YAMAHA 750cc

  • Silverstone (Royaume-Uni) – 1ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Silverstone (Royaume-Uni) – 2ª M – Mick Grant – KAWASAKI 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 1ª M – Phil Read – BAKKER YAMAHA 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 2ª M – Giacomo Agostini – YAMAHA 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 1ª M – John Newbold – SUZUKI 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 2ª M – Gary Nixon – KAWASAKI 750cc


En fin de saison, Victor Palomo, au guidon d'une BAKKER YAMAHA 750cc, est devenu champion de cette catégorie, bien qu'il n'ait gagné aucune course, l'Espagnol a fait de la régularité sa grande arme, profitant également du fait que les meilleurs pilotes se consacrent avant tout à la Championat du monde au détriment de ce trophée. Gary Nixon en KAWASAKI 750cc et John Newbold en SUZUKI 750cc ont pris les positions suivantes. Avec plus de deux fois plus de points que la deuxième marque, YAMAHA s'impose parmi les constructeurs, suivi de KAWASAKI, SUZUKI et enfin DUCATI.


Le championnat du monde de Formule 750cc


1977


Steve Baker, 1977, le premier champion du monde 750cc


Enfin, en 1977, la Formule 750 a obtenu le statut de Championnat du Monde. En pré-saison, certaines solutions techniques ont été discutées afin de réduire les performances afin de les ajuster aux pneus disponibles, cependant, tout est resté le même. Afin de normaliser la structure des courses, il a été imposé aux organisateurs de Daytona que cette course se déroule également en 2 manches de 100 milles chacune. Les vainqueurs de la course étaient :


  • Daytona (Etats-Unis) – 1ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Daytona (Etats-Unis) – 2ª M – anulada devido a fortes chuvas

  • Imola (Italie) – 1ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Imola (Italie) – 2ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Jarama (Espagne) – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Dijon-Prenois (France) – 1ª M – Christian Estrosi – YAMAHA 750cc

  • Dijon-Prenois (France) – 2ª M – Christian Estrosi – YAMAHA 750cc

  • Brands Hatch (Royaume-Uni) – 1ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Brands Hatch (Royaume-Uni) – 2ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Salzburgring (Autriche) – 1ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Salzburgring (Autriche) – 2ª M – anulada devido a fortes chuvas

  • Zolder (Belgique) – 1ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Zolder (Belgique) – 2ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 1ª M – Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 2ª M – Marco Lucchinelli – YAMAHA 750cc

  • Laguna Seca (Etats-Unis) – 1ª M – Skip Aksland – YAMAHA 750cc

  • Laguna Seca (Etats-Unis) – 2ª M - Steve Baker – YAMAHA 750cc

  • Mosport (Canada) – 1ª M – Gregg Hansford – KAWASAKI 750cc

  • Mosport (Canada) – 2ª M – Gregg Hansford – KAWASAKI 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 1ª M – Giacomo Agostini – YAMAHA 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 2ª M – Giacomo Agostini – YAMAHA 750cc


En fin de saison, Steve Baker est devenu le premier Champion du Monde de cette catégorie, grâce à ses performances et, une fois de plus, bénéficiant du fait que les meilleurs pilotes continuent d'accorder plus d'importance au Championnat du Monde de Vitesse au au détriment de cette formule, n'ont en fait participé significativement qu'aux deux événements jugés les plus importants. Christian Sarron et Giacomo Agostini ont respectivement occupé les deuxième et troisième positions. Les trois meilleurs pilotes ont naturellement piloté la YAMAHA TZ 750cc ! Chez les constructeurs, l'hégémonie du modèle YAMAHA a accordé le titre à cette marque qui, lorsqu'elle a obtenu 160 points, a dépassé KAWASAKI avec 33 points et SUZUKI avec 10 points ! Parmi les 50 pilotes qui ont marqué, 47 ont piloté la YAMAHA TZ 750cc !



PUB



1978


La YAMAHA YZR 750 (OW31), la version d'usine avec laquelle Johnny Cecotto est devenu champion en 1978


En 1978, seul KAWASAKI tenta de contrer l'hégémonie de YAMAHA dans cette catégorie, même si elle n'apparut qu'à la cinquième épreuve. Il était également clair que le système de pointage en vigueur n'était pas idéal ni même le plus juste, la somme des deux manches donnait lieu à un classement final de l'épreuve aux fins de points donc, lorsqu'un pilote abandonnait dans la 1ère manche, il n'était plus intéressé par la seconde, avec cela le spectacle était mal perçu et la vérité sportive était frustrée. 10 épreuves composaient ce championnat et les vainqueurs étaient :


  • Imola (Italie) – 1ª M – Christian Sarron – YAMAHA 750cc

  • Imola (Italie) – 2ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Le Castellet (France) – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Brands Hatch (Royaume-Uni) – 1ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Brands Hatch (Royaume-Uni) – 2ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Osterreichring/A1-Ring (Autriche) – 1ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Osterreichring/A1-Ring (Autriche) – 2ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Jarama (Espagne) – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 1ª M – Christian Sarron – YAMAHA 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 2ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Nivelles (Belgique) – 1ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Nivelles (Belgique) – 2ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 1ª M – Gregg Hansford – KAWASAKI 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 2ª M – Takazumi Katayama – YAMAHA 750cc

  • Laguna Seca (Etats-Unis) – 1ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Laguna Seca (Etats-Unis) – 2ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Mosport (Canada) – 1ª M – Mike Baldwin – YAMAHA 750cc

  • Mosport (Canada) – 2ª M – Mike Baldwin – YAMAHA 750cc


Cette fois, avec plus de pilotes de haut niveau vraiment intéressés, Johnny Cecotto était le champion avec une courte marge de 2 points, devant Kenny Roberts, Christian Sarron prenant la troisième position du championnat. L'hégémonie de la YAMAHA TZ 750cc est restée, 43 des 45 pilotes qui ont marqué roulaient sur cette moto. Naturellement, YAMAHA (150 points) est sacré champion des constructeurs devant KAWASAKI (30 points).


1979


Patrick Pons en 1979


La coïncidence ou la proximité des dates de certaines épreuves de ce championnat avec le Championnat du Monde de Vitesse a limité, une fois de plus, la participation de certains pilotes de haut niveau. C'était la principale raison pour laquelle Johnny Cecotto ne pouvait pas se disputer le titre dans cette classe. L'interprétation de la réglementation technique est restée très libérale, SUZUKI a réussi à homologuer la RG 500 avec la cylindrée portée à 652cc et avec la désignation de XR23, KAWASAKI a participé en alternance avec le H2 (3 cylindres de refroidissement liquide) en alternance avec le KR ( 4 cylindres). La FIM, en permettant à KAWASAKI de participer avec le H2 refroidi par liquide, a considérablement abaissé l'exigence de quantité minimale produite, si initialement la YAMAHA TZ 350cc et plus tard la 750cc répondaient aux exigences réglementaires de 200 unités produites et vendues au détail, l'ouverture à SUZUKI et KAWASAKI avec une quantité beaucoup plus petite produite, était la hache finale à l'esprit qui est à l'origine de cette classe ! Encore une fois, 10 événements composaient le calendrier et les gagnants étaient :


  • Mugello (Italie) – 1ª M – Christian Sarron – YAMAHA 750cc

  • Mugello (Italie) – 2ª M – Virginio Ferrari – SUZUKI 500cc

  • Brands Hatch (Royaume-Uni) – 1ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Brands Hatch (Royaume-Uni) – 2ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Nogaro (France) – 1ª M – Patrick Pons – YAMAHA 750cc

  • Nogaro (France) – 2ª M – Gregg Hansford – KAWASAKI 750cc

  • Le Castellet (Suisse) – 1ª M – Michel Frutschi – YAMAHA 750cc

  • Le Castellet (Suisse) – 2ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Osterreichring/A1-Ring (Autriche) – 1ª M – Werner Nenning – YAMAHA 750cc

  • Osterreichring/A1-Ring (Autriche) – 2ª M – Werner Nenning – YAMAHA 750cc

  • Mosport (Canada) – 1ª M – Patrick Pons – YAMAHA 750cc

  • Mosport (Canada) – 2ª M – Michel Frutschi – YAMAHA 750cc

  • Laguna Seca (Etats-Unis) – 1ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Laguna Seca (EtatsUnis) – 2ª M – Kenny Roberts – YAMAHA 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 1ª M – Boet van Dulmen – YAMAHA 750cc

  • Assen (Pays-Bas) – 2ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 1ª M – Patrick Pons – YAMAHA 750cc

  • Hockenheim (Allemagne) – 2ª M – Patrick Pons – YAMAHA 750cc

  • Rijeka (Yougoslavie) – 1ª M – Michel Frutschi – YAMAHA 750cc

  • Rijeka (Yougoslavie) – 2ª M – Johnny Cecotto – YAMAHA 750cc


En fin de saison, Patrick Pons remporte le titre devant Michel Frutschi et un Johnny Cecotto frustré, tous trois au guidon d'une YAMAHA TZ 750cc, empêché de défendre convenablement le titre de la saison précédente en raison du conflit d'intérêts. entre le championnat du monde de vitesse et cette formule. Sur les 60 pilotes qui ont marqué, 56 l'ont fait sous le commandement de YAMAHA. Le GP de Suisse s'est déroulé en France, en raison de l'interdiction, en vigueur jusqu'à aujourd'hui, des épreuves de sprint dans ce pays.


SUZUKI XR23

SUZUKI XR23 utilisé par Virginio Ferrari en 1979


C'était la dernière année où le championnat était disputé, plusieurs étaient les causes qui peuvent être soulignées pour la disparition d'une classe qui, malgré tout, était spectaculaire: - une certaine incertitude réglementaire a conduit à l'apparition de la YAMAHA TZ 750 OW31, en substance, la marque a tenté la même voie qu'elle avait tracée dans les 250cc et 350cc de la CMV, en offrant à une clientèle une compétition de grandes performances et à coût réduit, uniquement, dans ce cas, les autres marques n'ont pas suivi ses traces, ce qui a rendu le championnat inintéressant du point de vue de la dispute entre différentes options technologiques ; - le fait que la technologie pneumatique disponible à l'époque n'était pas la plus adaptée aux performances des motos ; - la vitesse sur piste est souvent inférieure à celle de la 500cc, peu de pilotes ont su tirer le meilleur parti de ce moteur ; - la moindre visibilité du championnat par rapport aux GP ; - la force de la fédération anglaise qu'elle voulait imposer et un championnat avec des motos dérivées de série, le Formula TT (Tourist Trophy) ; - une tendance qui s'opérait et qui visait à créer une classe Superbike qui revenait idéologiquement à la genèse des 750cc, en précisant cette fois, en plus des quantités plus importantes nécessaires à l'homologation, la nécessité pour les motos d'être homologuées pour circuler sur voies publiques.