Ma première moto !


Cette photo, assis sur ma premier moto, une YAMAHA YDS3 250cc, me rappelle le chemin non conventionnel que j'ai emprunté pour atteindre mon objectif de course. C'était le premier et le seul vélo de route que j'ai possédé (bien que je possédais auparavant un 50cc), c'était une magnifique machine qui m'a aidé à développer les compétences de conduite dont j'avais besoin avant de passer à la piste. Je l'ai acheté quand j'avais 21 ans et je l'ai utilisé comme moyen de transport quotidien et, un an après l'avoir acheté, je l'ai utilisé pour débuter en compétition. Au départ, j'ai participé à des rampes locales, puis je suis passé aux courses de production sur le circuit Roy Hesketh. Pendant 3 ans, j'ai économisé assez d'argent pour acheter une YAMAHA TD2, donc mon entrée tant désirée dans les championnats nationaux n'a eu lieu que lorsque j'avais 24 ans.


La premier moto de course de Jon, la YAMAHA TD2

J'ai perdu pratiquement toute ma première saison lorsque mon remorque et ma moto ont été complètement détruits dans un accident de voiture alors que je me rendais à une course en Rhodésie. Plus tard, j'ai raté encore 14 mois en raison d'une blessure grave lors de la compétition de la SATT de 1973. Enfin, en 1975, quand j'ai décidé d'aller en Europe pour disputer le Championnat du Monde de Vitesse j'étais un « vétéran » de 28 ans avec une expérience très limitée, vous conviendrez que ce n'était pas une situation idéale !!!



PUB



De manière réaliste, mon âge couplé à ma nationalité sud-africaine, à une époque où le sentiment anti-apartheid était à son apogée, garantissait pratiquement qu'il était pratiquement impossible d'obtenir l'intérêt des équipes d'usine. Je devais me conformer à ce qui m'était destiné, ça allait être « one man band » ! Du point de vue du spectateur, cela aurait pu sembler un pari très risqué, mais même alors, je pensais que j'atteindrais mon objectif d'une manière ou d'une autre. L'optimisme, quelle merveilleuse caractéristique de la jeunesse. Si vous êtes jeune, ne perdez pas une seconde, profitez de votre optimisme, c'est l'atout le plus précieux que vous aurez jamais !


Ce texte a été publié par Jon Ekerold (Champion du Monde de Vitesse, catégorie 350cc en 1980) sur sa page Facebook, il est ici traduit et publié avec son aimable et honorable autorisation.



PUB