1988, Superbikes et loi portugaise


Davide Tardozzi en BIMOTA YB4 vainqueur de la 1ère manche

En 1988, une épreuve marquante pour le Championnat du Monde Superbike a eu lieu sur le circuit d'Estoril, c'est aussi l'année où ce championnat a commencé à être disputé. La société qui a créé et initialement géré la commercialisation de celui-ci était SPORTS MARKETING, dont Steve McLaughlin était le visage le plus visible. Steve était un ancien pilote (il a remporté le Superbike à Daytona en 1976 au guidon d'une BMW R90S) et appartenait à une famille impliquée dans le sport motocycliste en tant que pilotes, agents ou promoteurs. Steve a commencé sa carrière en tant que promoteur international en 1985 lorsqu'il s'est rendu, au nom des propriétaires de Daytona, en Europe pour embaucher des pilotes locaux pour participer à la course américaine. De là jusqu'à avoir conçu et convenu avec la FIM la création de la Championnat du Monde Superbike était une étape.



PUB



Steve McLaughlin (nr. 83) en action à Daytona 1976

Petit documentaire sur Steve McLaughlin

Pour obtenir la course au Portugal, Steve a établi un partenariat avec Pedro Luiz de Castro. Ils sont rapidement arrivés à la conclusion que, compte tenu des fonds en jeu, ils avaient besoin d'un parrain qui pouvait et était prêt à assumer une part importante du coût financier. Le tabac était, à l'époque, une option normale et lorsqu'ils ont contacté Tabaqueira, ils ont constaté que cette entreprise considérait positivement la contribution prévue, mais en même temps, ils ont constaté qu'il y avait un problème : la loi qui, à l'époque, autorisait la publicité pour le tabac dans les événements sportifs ne couvrait que les événements de course automobile faisant partie d'un championnat FIA !... Pour cette raison, ils ont été contraints d'organiser une rencontre avec le ministre du Commerce et du Tourisme de l'époque (Joaquim Ferreira do Amaral) où ils étaient accompagnés de Miguel Sousa Tavares (en tant qu'avocat) afin d'éliminer cette discrimination négative contre le motocyclisme. C'est ainsi que Ferreira do Amaral a facilement compris ce qui était en jeu et lui a rendu justice : un ordre de changer le libellé dudit article, où la lecture FIA ​​est devenue FIA ​​et FIM. Apparemment un épisode mineur, ce n'est pas le cas. Les motos au Portugal ont une histoire de législation de discrimination négative et, en fait, il faut reconnaître que Pedro Luiz de Castro et Steve McLaughlin ont pu promouvoir un amendement juridique qui a rendu justice à la moto.


Fred Merkel en HONDA RC30 (à gauche) et Stéphane Mertens en BIMOTA YB4 vainqueur de la 2ème manche (à droite), deux protagonistes de la course


Cela a permis de tenir l'étape portugaise du Superbike l'année de sa création.

De gauche à droite : Pedro Luiz de Castro, Joaquim Ferreira do Amaral et Miguel Sousa Tavares



PUB