Café Racer, les "Rockers" et les "Ton-Up Boys"

NORTON Commando, 1969

Le terme « café racer » fait partie de l'argot motocycliste et ses origines remontent aux années 1960 en Angleterre. Dans l'après-guerre, les difficultés économiques des moyen-Anglais ont conduit à la popularisation de la moto comme moyen de transport utilitaire, cependant, à la fin des années 50, la réalité se rétablissait déjà et l'utilisation de la voiture s'était imposée comme un véhicule utilitaire familial , la conséquence a été un changement de paradigme en ce qui concerne le type d'utilisateur et l'utilisation des motos.



VINCENT

Depuis le début des années 60, rouler à moto est devenu un symbole de statut et de rébellion au détriment de l'ancienne image d'incapacité économique à acquérir une voiture. C'est dans ce contexte que sont nées les communautés « Rocker » et « Ton-Up Boys », se réunissant dans les cafés les plus populaires, historiquement le « Busy Bee » et le « Ace Café », entraînant des disputes entre eux, la nécessité de de meilleurs services pour faire une bonne apparition dans les escarmouches ont conduit à des améliorations et les motos améliorés ont été surnommés "Café Racer".



PUB


De gauche à droite, de haut en bas : TRITON, NORVIN, NORTON, TRITON, TRITON et NORVIN

Les motos ont été peu allégés, améliorés en termes de performances du moteur et du châssis au détriment du confort. L'esthétique, les guidon, les repose-pieds arrière, les longs réservoirs, les selles racing et parfois les demi-carénages voire les carénages complets, s'inspirent clairement des motos de compétition de l'époque. Les réalisations les plus radicales étaient les hybrides, assemblant des pièces de différentes motos pour obtenir un meilleur résultat, par exemple : le TRITON (partie cycle TRIUMPH avec moteur NORTON) ou NORVIN (partie cycle NORTON avec moteur VINCENT) ! En 1973, Wallace Wyss écrivait que le terme "Café Racer" était utilisé en Europe pour désigner "quelqu'un qui possédait une moto au look racing, normalement garée près de sa table sur l'esplanade du café du coin".


TRITON


L'une des caractéristiques essentielles dans un "Café Racer" de l'époque était le fait qu'il atteignait 100 mph (environ 160 km/h), cette performance s'appelle "ton", d'où le nom "Ton-Up Boys" qui faisait référence à les utilisateurs et/ou les préparateurs de ceux-ci. Il y a une légende selon laquelle l'une des "compétences" qui définissait un utilisateur, consistait à mettre un single à jouer sur le "jukebox", à monter sur le vélo et à faire un certain itinéraire pour revenir avant que le disque n'ait fini de jouer ! Les "Rockers" écoutaient du "rock and roll", portaient des vestes en cuir noir, des bottes de moto et une coiffure "pompadour" ou "rockabilly", un style qui a inspiré plusieurs personnages de films comme Marlon Brando dans "The wild one". Dans le même temps, contrairement au « Rocker », la culture « Mod » est née à Londres, dont il sera question dans un prochain billet.


L'influence sur l'industrie


La grande adhésion et la popularité de ce style ont influencé les fabricants de motos de deux manières différentes, conduisant initialement à la production en série de modèles de plus en plus sportifs et plus tard à la création de néo-classiques qui font appel à l'esthétique des années 60/70 au détriment des performances. Les « Café Racer » qui étaient synonymes de performances et de style, sont désormais synonymes de style, souvent aussi de performances, « vintage » ! Le goût du concept fait émerger de nombreux professionnels ou amateurs qui se consacrent à la transformation/recyclage de motos de quelques années, pour donner lieu à des réalisations évocatrices souvent très séduisantes. Parallèlement, des produits apparaissent dans l'industrie des accessoires, pneus, rétroviseurs, phares, etc., pour répondre à cette demande.

PUB