EARLES, une suspension avant alternative



Tout au long de l'histoire du motocyclisme, il y a eu plusieurs tentatives pour remplacer la suspension avant télescopique habituelle par des solutions dont l'objectif principal est de réduire la variation de l'empattement (ce qui implique un changement critique de la répartition des masses) pendant le fonctionnement. En pratique, il a été vérifié que la solution à ce problème n'est pas facile et il n'est pas non plus évident de mesurer les performances dynamiques de ces propositions puisque les pilotes ayant le niveau pour pouvoir évaluer ont tout leur apprentissage effectué avec des suspensions conventionnelles. La suspension EARLES était l'une des alternatives les plus utilisées. Son créateur, l'Anglais Ernest Earles, a lancé le processus de brevet en 1951.




Ses atouts majeurs sont une moindre variation de l'empattement lors des freinages ou autres compressions et une plus grande rigidité lorsqu'il est soumis à des efforts latéraux, un avantage évident pour les motos avec side-car, c'est pourquoi il est encore largement utilisé sur ce segment aujourd'hui.



PUB


Plusieurs marques, telles que BMW, MV AGUSTA, DOUGLAS, DOT, HODAKA et bien d'autres, ont utilisé cette solution en standard. BMW a utilisé la suspension EARLES sur toutes les motos produites entre 1955 et 1968. Fait intéressant, il y a une rue (à Sturgis, Mississippi) où se trouve le siège de BENCH MARK WORKS, une entreprise qui vend des pièces pour les BMW classiques, du nom de cette suspension.




Au fil du temps, il y a eu plusieurs tentatives pour profiter de cette solution en compétition, cependant, aujourd'hui son utilisation est pratiquement réduite aux side-cars.



PUB