ELF et le projet moto


1988, ELF 500 GP (HONDA NS 500), Ron Haslam

Ron (Rocket) Haslam avec la 500cc équipée du moteur 3 cylindres HONDA NS

A la fin des années 70, la compagnie pétrolière ELF s'aligne sur l'idée d'André de Cortanze et lance un projet révolutionnaire dans le domaine de la partie cycle des motos. A l'époque, de Cortanze, c'est un jeune ingénieur (amateur de moto) lié au projet de course automobile (en 1967 il rejoint ALPINE et sa carrière passe par PEUGEOT TALBOT, où il est étroitement lié aux succès en rallye, et en les 24 heures du Mans, en 1993 elle passa à SAUBER F1, plus tard elle fut liée à LIGIER, TOYOTA - F1 et 24 heures du Mans - et PESCAROLO SPORT). L'idée initiale était complètement peu orthodoxe : le moteur était la structure centrale où les systèmes de suspension étaient ancrés. Le bras oscillant arrière était mono et la suspension avant consistait en un double triangle superposé à un système de bielles pour la direction.


Afin d'abaisser le centre de gravité, le réservoir de carburant était situé sous le moteur. Soichiro Honda, fondateur de la marque du même nom, était passionné par ces solutions d'ingénierie. Au total, pendant la durée de ce projet, 18 brevets ont été déposés, que HONDA a ensuite acquis.


ELF com Soichiro Honda

Dans la version initiale (ELFx Endurance), qui avait la main du designer Daniel Tréma, devenu plus tard chef de projet en raison du départ de Cortanze, un moteur 2T de la YAMAHA TZ 750 était utilisé. Michel Rougerie a été choisi comme pilote de développement, ayant également participé à une course (en 1979) sans résultat pertinent.



Plus tard, en 1980, la collaboration avec HONDA débute, toujours dans la Endurance. Le bloc moteur de la CB 900 a été choisi, et avec Christian LeLiard, Walter Villa et Dave Aldana aux commandes, ils ont obtenu quelques résultats. Dans la Endurance, la vitesse de changement des roues était un avantage.




PUB


La modification des règles techniques, réduction de cylindrée à 750cc, en Endurance, a anticipé la fin de ce projet. Plus tard, en 1984, une 500 GP a été présentée avec cette technologie. Le pilote choisi était Ron Haslam qui a effectué des performances méritoires, mais en fait, la supériorité pratique n'a jamais été prouvée. À la fin de 1988, le projet a pris fin. En 1986, ELF présente la version R (record), équipée d'un moteur 4T 1000cc HONDA, aux mains de Christian LeLiard, Éric Courly, Hubert Auriol et Ron Haslam, bat, à Nardò (I), 6 records du monde de vitesse pour cette version et 4 records du monde pour la version équipée du moteur 2T 500. Cette année également, Ron Haslam (9e du CMV) triomphe dans une épreuve hors championnat, le GP de Macao.


La question demeure: si un pilote faisait tout l'apprentissage avec cette technologie, les résultats seraient-ils meilleurs? Encore une fois, le système de suspension avant révolutionnaire présentait comme un grand avantage la moindre variation, en fonctionnement, de la distance entre les essieux et, encore une fois, l'avantage, par rapport aux télescopiques, n'était pas prouvé!




PUB